Fatigue cathédrale

Publié dans la revue Cabaret, mars 2014.
Texte de Séverine é.

à l’intérieur de la fatigue
il n’y a plus d’écorce
plus de forêt

les narines
la peau contre la sève
du monde

le corps frémit fragile

en appétit

tu aimes cette fatigue
qui t’enveloppe
et d’un seul coup
t’enlève

sol
ciel

tu aimes cette autre fatigue
qui ne t’a pas rendu visite depuis longtemps
et te terrasse sans prévenir
la tête contre la terre

fort
mal très mal

pas de discible
dans cette souplesse élastique
juste des échos scintillants

par la fatigue tu comprends
le peu qui te tient

la saveur de flotter
loin loin de tout repère

tu ne t’agrippes plus
au théâtre du quotidien

la saveur de flotter
loin loin

tu ignores tout de ce nouveau pays
tant mieux

plus besoin de te tenir droite
plus

tu ne sais pas trop comment te mettre
alors tu ne te mets pas
tu sais tu sens
tu voudrais que ça dure

tu sais tu sens

fatigue cathédrale

Agenda
Autres Poésie de Séverine é