La porte du frigo se frotte encore les yeux

Publié dans la Revue des Archers, juin 2017
Extraits
Texte de Séverine é.

(...)

pour bien démarrer chaque matin
agrafer la date
et la guirlande de rituels
à la partie verte de l’éponge
assise au bord de l’évier

verte de l’éponge

(…)

pour ce qui est de l’hippopotame
tu ne le diras peut-être pas
pourtant tu n’y peux rien
il avait chaud soif
voulait se reposer

tu l’as découvert dans le tiroir
de la salle de bain
tranquille

oui ça ne se dit pas
pourtant dans le tiroir de la salle de bain

(…)

et s’il fallait tous ces canapés ces frigos ces fourchettes
et ces hippopotames
pour repeupler la forêt bleue
que tu as croisée ce matin-là

le chant des objets te gagne
pénètre tes muscles ta chair
et continue
jusqu’au jardin avec les grands fils à linge
et les mots qui claquent au vent
claquent

le chant des objets court en haut de la colline
même pas essoufflé

tu stoppes net
là maintenant
et les oiseaux s’engouffrent dans la faille
tu trembles
le plaisir dans ta peau ta chair
te saisit

(…)

mardi aujourd’hui mardi

avec deux tranches de jambon sous l’oreiller
tu n’y crois plus

oui oui oui
les autres t’encouragent

mais quand la langue avance au-delà
de ton propre de-là
quand les yeux plein d’étoiles
continuent d’errer contre le mur en béton

(…)

marcher à l’heure
penser bien droit
écrire sans dépasser

pour réussir le regard des autres
rendre un bon coloriage

pas de réponse dans le tiroir
pas de GPS
pour ce chemin-là

(…)

tu te prends souvent les pieds dans l’agenda
le calendrier

tu aimes cette précieuse
très précieuse maladie
avec la porte du frigo et les histoires sous la cafetière

et quand la forêt te ferme la porte au nez
tu restes debout avec la force

(...)

Agenda
Autres Poésie de Séverine é